Solutions

Témoignages Clients - IN2P3

Hierarchical Navigation


IN2P3

IN2P3

  • Solution : TelePresence

  • Date de publication : 13/09/2011
  • Témoignage IN2P3 (PDF - 279K)


Business Challenge

Créé en 1971, l'IN2P3 est un Institut du CNRS qui a pour mission de promouvoir et de fédérer les activités de recherche centrées sur la physique nucléaire, la physique des particules et des astroparticules.

Ces recherches ont pour but d'explorer la physique des particules élémentaires, leurs interactions fondamentales ainsi que leurs assemblages en noyaux atomiques, d'étudier les propriétés de ces noyaux et d'explorer les connexions entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. L'IN2P3 est en outre activement impliqué dans le développement d'accélérateurs.

Au début des années 90s, une initiative portée par le centre de calcul de l'IN2P3 propose l'adoption de la TelePresence™ non seulement pour réduire les coûts des missions scientifiques mais surtout pour impliquer les physiciens français dans des expériences internationales sur des sites étrangers.

« Il était impératif que nos chercheurs collaborent sur les projets de recherche des particules au risque de perdre leur place dans ces expériences internationales et cependant il était impensable d'envisager des déplacements hebdomadaires. La seule solution était donc de faciliter la collaboration à distance », confirme Daniel Charnay, ingénieur de recherche à l'IN2P3 et directeur-adjoint du Centre pour la Communication Scientifique Directe.

Depuis environ cinquante ans, la physique des particules a évolué vers une coopération internationale. Les laboratoires des instituts développent des détecteurs et des accélérateurs pour permettre de confirmer la recherche fondamentale, mais la physique des particules nécessite des instruments si puissants que seule une coopération internationale permet de les réaliser. Vers la fin du XXI siècle, les expériences scientifiques se déroulant souvent hors d'Europe, des physiciens de nombreux pays ont ainsi appris à travailler ensemble sur des projets internationaux.

La participation des instituts français était essentielle pour le bénéfice de la recherche, mais elle nécessitait des déplacements fréquents et il était physiquement impossible pour les chercheurs de participer à chacune de ces réunions. En conséquence, l'IN2P3 conçoit l 'utilisation de la TelePresence pour permettre aux physiciens français de participer à ces expériences fondamentales.

Le projet démarre sur une petite échelle avec quelques stations, puis par la suite tous les sites de l'IN2P3 seront équipés de systèmes de visioconférence. Les fonctions 'pont' sur les terminaux sont dans un premier temps utilisées, mais la capacité maximale de 4 points limite le nombre de sites pouvant se connecter. Une nouvelle structure est mise en place en 1998 en partenariat avec le CNRS, mais le système qui n'offre pas d'automatisation présente des désavantages et une demande accrue de la part des utilisateurs amène l'IN2P3 à considérer une architecture plus flexible.


Solution and Results

En 2002, afin d'assurer un service fiable en toute circonstance, l'IN2P3 recherche une architecture plus conviviale et en collaboration avec le CNRS et l'INSERM met en place un système qui actuellement est composé essentiellement de matériel Cisco. L'architecture matérielle est soutenue par une solution logicielle développée par le Centre de Calcul (http://rms.cnrs.fr)

« Le choix de l'infrastructure a été spontané car il n'existait pas d'autre solution sur le marché capable de satisfaire nos besoins, » remarque Gérard Drevon, ingénieur réseau au centre de calcul de l'IN2P3, « Nous sommes contents de notre choix, le système est agréable à gérer et très fiable. Les interfaces de management fonctionnent sur Web et les machines sont facilement paramétrables. »

Outre un serveur Cisco TelePresence MSE 8000 offrant une plate-forme flexible et hautement évolutive, l'IN2P3 acquiert trois ponts MCU multipoints et une solution de passerelle Cisco TelePresence IP VCR, représentant un total de plus de 220 voies en vidéo. Ce système performant et unique en France explique sa popularité auprès d'autres instituts de recherche qui adhèrent au système de l'IN2P3. En 2005, 300 sessions de visioconférence se sont déroulées, en 2010 ce chiffre a dépassé 11.000.

Le réseau qui s'étend à des milliers de sites, repose sur une infrastructure capable d'assurer l'interconnectivité des terminaux indépendamment de la marque du constructeur et les utilisateurs peuvent se connecter par vidéo, Internet et même par téléphone. L'IN2P3 est devenu le point de convergence de la visioconférence pour l'ensemble de la communauté enseignement supérieur et recherche . Le système innovant et complet développé par le centre de calcul, offre en outre des espaces collaboratifs, la réservation de salles, le dépôt de documents et la consultation d'annuaires. La fonction streaming offerte par cette solution permet également l'accès aux 'chats' et aux enregistrements.

Dans un milieu collaboratif et concurrentiel, la TelePresence a surtout permis à la communauté scientifique française d'être présente dans les expériences internationales. « Pendant la construction du nouvel accélérateur de LHC (grand collisionneur de Hadrons) toutes les expériences se faisaient aux Etats-Unis et pendant des années, la visioconférence a servi les chercheurs français en leur permettant de participer aux projets depuis leurs laboratoires. Sa plus-value collaborative pour la recherche des particules est donc considérable. » Confirme Daniel Charnay.

La visioconférence permet aux directions de l'administration de la recherche de gérer les ressources reparties sur le territoire, des concours et des thèses peuvent être délocalisés y compris depuis l'étranger. La visioconférence permet aussi l'intégration des sites répartis dans plusieurs pays, notamment pour l'Institut de Recherche sur le Développement. Bien qu'une certaine économie sur les coûts des missions ait pu être réalisée, le plus grand bénéfice est scientifique.

  

Contactez-nous

Marquer et Partager
Social Media