Avez-vous un compte?

  •   Contenu personnalisé
  •   Vos produits et votre soutien technique

Vous voulez un compte?

Créer un compte

Les 8 plus grands enjeux des fabricants

De nos jours, les fabricants font face à de nombreux défis associés à l’économie propulsée par les données. Voici les principaux enjeux risquant de perturber les activités des entreprises et d’avoir une incidence sur leur croissance.

Vieillissement de la main-d’œuvre

Le rapport L’avenir de la main-d’œuvre manufacturière au Canada publié au début 2017 a révélé que les fabricants canadiens devront faire face d’ici 2026 à une pénurie de compétences qui équivaudrait à 129 000 travailleurs qualifiés. Ce déficit est aggravé par le fait que les ouvriers qualifiés des usines canadiennes sont en moyenne plus âgés que l’ensemble de la main-d’œuvre – dans certains cas, 20 % de ces travailleurs ont plus de 55 ans.

Moins de jeunes adultes s’inscrivent aux programmes destinés au remplacement de ces retraités et le secteur industriel évolue si rapidement que l’offre de formation pour les nouveaux métiers ne suffit pas à combler la demande. Les fabricants ne peuvent embaucher des travailleurs qui n’existent pas.

Cet enjeu s’étend même au-delà de nos frontières. Aux États-Unis, un rapport du Manufacturing Institute et de Deloitte LLC prévoit pour la même période une pénurie de compétences équivalant à deux millions de travailleurs, à peu près pour les mêmes raisons.

Convergence des réseaux de TI et de TO

Dans le passé, les professionnels des technologies de l’information (TI) et des technologies opérationnelles (TO) s’occupaient de réseaux distincts au sein de l’entreprise d’un fabricant. Les TI regroupaient les réseaux technologiques de l’entreprise et tous les périphériques connectés connexes. Les TO regroupaient le matériel et les logiciels assurant la surveillance et le contrôle de la production.

Les TI étaient gérées à partir d’un bureau, tandis que les TO étaient gérées dans l’usine. Les TI étaient axées sur la sécurité des réseaux, tandis que les TO ciblaient la productivité de l’installation.

Mais c’était avant l’apparition de l’Internet des objets industriel. Désormais, les réseaux des TI et des TO convergent pour créer de nouveaux débouchés et amorcer la transformation numérique. Cependant, cette convergence apporte son lot d’incertitudes, et beaucoup d’entreprises ne savent pas quelle stratégie adopter pour intégrer la gestion des TI et des TO.

Sécurité d’usine

L’intégration de l’Internet des objets dans les usines de fabrication a créé de nouveaux défis pour les professionnels des TI et des TO. Le plus grand défi est d’assurer la sécurité des données (et des machines) dans un environnement généralement conçu en réseaux fermés. Avec l’arrivée des réseaux Wi-Fi, qui s’ajoutent aux réseaux câblés, les risques en matière de cybersécurité sont grands.

Par exemple, dans le magazine « 2017 Outlook Report » publié par PLANT, on révèle que 17 % des fabricants canadiens admettent n’avoir pris aucune mesure pour se protéger contre les cyberattaques. Ceci est particulièrement préoccupant quand on pense que le secteur de la fabrication est l’un des plus ciblés, et que les professionnels de la sécurité prévoient que les attaques qui visent les réseaux de TI vont s’étendre aux réseaux de TO en 2018.

Lancement de nouveaux produits et délai de lancement

Selon un sondage mené par Sopheon, 79 % des nouveaux produits ne sont pas lancés à la date prévue. Cela entraîne de graves répercussions financières. En effet, les données révèlent que les entreprises peuvent perdre jusqu’à 33 % de leurs profits dans le cas d’un retard de six mois.

Les fabricants subissent une pression immense, car ils doivent innover et créer de nouveaux produits dans un laps de temps très court, en ayant peu de marge d’erreur. Mais quel est le pire ennemi des fabricants dans cette histoire? Eux-mêmes.

D’anciens systèmes de TI, des technologies désuètes, des processus de gestion de projets et des systèmes complexes, sans compter des actions non coordonnées par des équipes séparées nuisent même aux chefs d’entreprise les plus motivés.

McKinsey & Company

Coûts d’exploitation

Les coûts d’exploitation des usines sont élevés. Afin d’assurer une production continue (pendant parfois plus de 20 heures par jour), les fabricants doivent avoir du matériel et des pièces sur place en tout temps. Ils ont aussi besoin d’électricité et d’autres ressources, comme la main-d’œuvre.

Exploiter une usine représente une charge énorme dans les résultats de l’entreprise. En Ontario, par exemple, un récent rapport a conclu que 64 % des emplois perdus dans le secteur manufacturier entre 2008 et 2015 étaient le résultat de coûts élevés d’électricité. Les fabricants ne pouvaient simplement pas payer les salaires et les factures d’électricité.

Qualité des produits

Dans l’industrie alimentaire, le coût moyen d’un rappel est évalué à 10 millions de dollars américains. Dans le secteur automobile, 390 millions de voitures ont été rappelées depuis 1966, aux États-Unis seulement, et chaque année, les constructeurs automobiles perdent de 3 à 5 % de leurs ventes en raison de réclamations de garantie.

La qualité des produits offerts par les fabricants a une incidence directe sur leurs résultats financiers. En plus de devoir produire et innover dans des délais toujours serrés, les fabricants doivent respecter des normes de production élevées, même si le temps accordé au contrôle qualité est plus limité. Si on ajoute à cela une chaîne d’approvisionnement complexe dont les intervenants interagissent peu, on risque de voir la qualité des produits et, par la même occasion, la confiance des consommateurs se dégrader rapidement.

Service informatique parallèle

L’informatique parallèle désigne l’utilisation de matériel et de logiciels par un service ou une personne à l’insu du service des TI. Cela peut comprendre les services infonuagiques, les logiciels et le matériel.

Pour les fabricants, l’informatique parallèle représente une menace importante dans une usine, puisque les équipes responsables de l’exploitation misent sur les technologies et les réseaux informatiques conventionnels pour améliorer les procédés de fabrication. Plus une entreprise possède de machines et d’équipement connectés au réseau, plus les risques de cyberattaques et d’atteintes au réseau augmentent.

Quelle est l’ampleur de la menace à la cybersécurité pour les fabricants? Selon les prévisions de Gartner, d’ici 2020, un tiers des cyberattaques réussies viseront les ressources informatiques parallèles d’une entreprise.

Période d’indisponibilité non planifiée

Lorsque la production manufacturière s’interrompt pour une raison ou un événement imprévus, le temps d’indisponibilité s’accumule. Souvent causées par des pannes d’équipement, les périodes d’indisponibilité non planifiées peuvent aussi survenir pour d’autres raisons, comme une pénurie de matériel ou de personnel.

Étant donné que les fabricants utilisent le même équipement pendant 10, 20 et même 30 ans, les périodes d’indisponibilité non planifiées causées par une défaillance de l’équipement ou par un besoin d’entretien représentent un vrai problème pour les opérateurs. Selon certains calculs, on évalue qu’une période d’indisponibilité non planifiée peut coûter jusqu’à 20 000 $ par minute (333 $ par seconde) aux fabricants; il s’agit de coûts astronomiques pour les petites et moyennes entreprises qui doivent déjà composer avec tous les défis mentionnés plus haut.