About Cisco

Soixante pour cent des travailleurs peuvent se passer de bureau

Diegem, le 26 octobre 2010

Il ressort d'une étude internationale réalisée à la demande de Cisco et consacrée au travail flexible que trois cinquièmes des travailleurs ne doivent pas être présents physiquement au bureau pour être productifs. Et ce n'est pas tout, puisque le besoin en travail flexible et mobile est aujourd'hui plus fort que le désir de percevoir un salaire plus élevé. C'est ainsi que pas moins de soixante pour cent des travailleurs accepteraient plutôt un travail moins bien payé mais offrant plus de flexibilité qu'un poste mieux payé et assorti de moins de possibilités de travailler en dehors du bureau. En dépit de la récente crise économique, ce pourcentage est même encore plus élevé dans certains pays comme l'Espagne (78%).

La présence au bureau ne semble plus être une exigence pour être productif surtout en Asie et Amérique latine. L'Inde atteint ici un score record, avec pas moins de 93% des personnes interrogées qui souscrivent à cette approche. Elle est suivie par la Chine (81%) et le Brésil (76%). Presque la moitié des travailleurs qui ont déjà pu collaborer en extra-muros, affirment travailler deux à trois heures en plus par jour. Un quart peut même travailler quatre heures en plus, voire davantage. Le temps gagné en pratiquant ce type de travail flexible permet surtout d'atteindre un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée.

Deux tiers des travailleurs interrogés attendent de l'informatique qu'elle leur permette d'accéder au réseau, aux applications et à l'information de leur entreprise, partout, toujours et avec n'importe quel appareil, que ce soit à titre privé ou professionnel. Ils s'attendent également à ce que les appareils avec lesquels ils travaillent gagnent encore en diversité. Ils s'imaginent ainsi travailler à l'avenir via la télévision ou l'écran de navigation de leur voiture.

La sécurisation reste le plus grand obstacle
En revanche, les responsables informatiques interrogés ne voient pas l'avenir sous un jour si optimiste. Près de la moitié de ceux-ci déclarent en effet ne pas être prêts, tant sur le plan technologique que stratégique, à répondre aux besoins croissants de leurs collègues en matière de mobilité et de flexibilité. La préoccupation de la protection constitue, et ce n'est pas une surprise, le plus grand obstacle. Viennent ensuite le manque de budget et d'expertise.

L'étude montre que la sécurité de l'information d'entreprise est souvent menacée par les conséquences implicites de la mobilité. En effet, les caractéristiques de sécurité des environnements de bureau ne se retrouvent pas toujours dans le monde extérieur. C'est ainsi qu'un cinquième des personnes interrogées ont déjà surpris un inconnu qui lorgnait sur leur écran d'ordinateur pendant qu'ils travaillaient dans un lieu public. Une proportion identique de travailleurs avoue même ne jamais surveiller leur environnement.

La manière dont les travailleurs mobiles utilisent leurs appareils d'entreprise laisse encore également à désirer. Près d'un cinquième laisse parfois un appareil sans surveillance dans un lieu public. Et un peu plus de soixante pour cent avouent qu'ils permettent à des personnes étrangères à l'entreprise d'utiliser leur matériel, sans le moindre contrôle.

Enfin, le risque de perte de données augmente encore pour tout travail effectué en dehors du bureau. Un quart des appareils confiés aux travailleurs sont perdus ou volés dans l'année qui suit, comme en témoigne un responsable informatique sur quatre. Leur attention croissante pour la sécurisation et la gestion des risques est donc justifiée.

Toute l'importance de bonnes relations de confiance
« Le travail, ce n'est désormais plus un emplacement, mais un mode de vie », conclut Pol Vanbiervliet, Managing Director de Cisco Belgique et Luxembourg. « La mobilité des travailleurs est un fait et ses avantages pour l'entreprise sont d'ores et déjà clairement visibles dans tous les secteurs. Par ailleurs, notre étude dévoile aussi clairement les défis que les entreprises peuvent être amenées à relever. Et ils ne sont pas seulement de nature technologique. Cette enquête met clairement en évidence l'importance d'une politique très explicite en matière de travailleurs mobiles et d'une bonne relation de confiance entre les travailleurs et les responsables informatiques. Ce dernier point se traduit généralement aussi par une meilleure formation des utilisateurs finaux de sorte qu'ils puissent mieux gérer les risques afférents au travail mobile. »

Par le biais de cette étude, Cisco entendait appréhender les attentes et les besoins ainsi que les actions et les latitudes réelles des collaborateurs pour ce qui concerne l'information et la communication d'entreprise. Cette enquête porte sur un corpus de 2 600 collaborateurs et professionnels de l'informatique de treize pays dont l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni.

Pour tout complément d'information sur le Cisco Connected World Report, veuillez consulter ici le communiqué de presse original en langue anglaise.

Vous pouvez télécharger une photo haute résolution de Pol Vanbiervliet ici ou demander de la recevoir par e-mail, si vous le préférez, en adressant votre demande à james@quadrantcommunications.

A propos de Cisco - NASDAQ:CSCO - "Welcome to the Human Network"
Cisco est le chef de file mondial en matière de technologies réseau susceptibles de changer les contacts, les communications et la collaboration entre les gens. Cisco se distingue depuis déjà plus de 25 ans par son innovation technologique, sa position de leader commercial et son engagement social. Les particuliers, aussi bien que les entreprises et les pouvoirs publics, ont recours aux matériels, logiciels et services de Cisco afin d'élaborer des réseaux intelligents basés sur le protocole IP (Internet Protocol). Grâce à la technologie réseau de Cisco, les pouvoirs publics et les entreprises ont la possibilité de renforcer leur potentiel de production et leur compétitivité et d'augmenter la satisfaction des citoyens et clients.
Cisco a été créé en 1984. La société emploie plus de 63 000 personnes dans le monde et a bouclé l'exercice précédent sur un chiffre d'affaires total de 36,1 milliards de dollars. En Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, Cisco emploie plus de 900 collaborateurs. Parmi ses références locales, citons notamment Accent Jobs For People, Accenture, Arinso, Auxifina, la Banque Raiffeisen, BASF, Belgacom, Brico International, Brutélé, le Centre Hospitalier Psychiatrique de Liège, le Centre Hospitalier Universitaire de Charleroi, les Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL), Coca-Cola, Delhaize, Dexia, eBRC, Eli Lilly, le FEDICT, Fortis, Group4 Sécurité, InBev, La Poste, Lhoist, LuxAirport, Novo Nordisk, l'Office national du ducroire (ONDD), l'OTAN, Proximus, Rainbow ICT Services, Riga Natie, la RTBF, SAS Institute, SD WORX, le Service Public Fédéral des Finances, le Service Public Fédéral Personnel et Organisation, la Société des Transports Intercommunaux Bruxellois (STIB), Solvay, SWIFT, Tarkett, Thermote & Vanhalst, Toyota Motor Marketing Europe (TMME), TUI Belgium Distribution, UCB, l'Université de Liège (ULg), l'Université de Luxembourg, la Ville de Luxembourg, Volvo et Zenitel.
Informations supplémentaires sur http://www.cisco.be, http://www.cisco.lu et http://cisco.com

Cisco Belgium
Pascale Jacobs, marcom manager
De Kleetlaan 6A, B-1831 Diegem
T: +32 (0)2 778 4662
F: +32 (0)2 778 4300
E: New Emailpjacobs@cisco.com

Cisco Luxembourg
46a, avenue J-F Kennedy; L-1855 Luxembourg
T: +352 (0)2643 3311

Contact presse:
Quadrant Communications
James De Paepe
Marie Popelinkaai 3 bus 1, B-9050 Gent
T: +32 (0)9 210 53 66
M: +32 (0)477 54 43 88
E: New Email james@quadrantcommunications.be

 

Let Us Help

  • Find a Cisco-partner