De nouvelles applications internet dégagent un budget supplémentaire de 3 400 milliards pour les pouvoirs publics - Cisco Systems

Diegem, le 10 janvier 2014 A l’échelle mondiale, l’Internet of Everything représentera pour le secteur public une valeur potentielle de 3 400 milliards d’euros au cours des dix prochaines années. C’est ce qui ressort d’une enquete publiée aujourd’hui par l’entreprise informatique Cisco. L’Internet of Everything permet aux collectivités publiques du monde entier de réaliser des économies, d’augmenter la productivité de leurs 350 millions de fonctionnaires, de générer de nouveaux revenus et d’optimiser la prestation de services aux citoyens.

Dans le monde entier, les dépenses publiques subissent de fortes pressions. « Les citoyens nourrissent de grandes attentes des pouvoirs publics alors que ceux-ci doivent au contraire réaliser des économies, voire réduire leurs effectifs. L’Internet of Everything permet aux autorités de maintenir le niveau de prestation de services, voire d’innover. A l’aide, entre autres, de capteurs, il est possible de miser partout sur des solutions intelligentes de maniere a automatiser un nombre sans cesse croissant de processus », indique Wim Elfrink, Chief Globalisation Officer de Cisco.

C’est ainsi que l’entreprise finlandaise de traitement des déchets Enevo a ajouté des capteurs de remplissage a ses conteneurs afin de savoir quand les lever. Cette mesure a permis de réaliser une économie de 40% sur les frais de transport et d’enlevement. Dans un autre contexte, le parking intelligent de la ville de Nice a permis de réduire de 30 pour cent la congestion du centre ville, tout bénéfice pour la qualité de l’air. A Songdo (Corée du Sud), la gestion intelligente et centralisée des bâtiments permet de réduire la consommation d’énergie de 30%, alors qu’a Barcelone, l’Internet of Everything optimise les itinéraires des bus et donne les heures d’arrivée exactes des bus aux arrets.

Guichet virtuel

Ce ne sont que quelques exemples d’économies ou d’améliorations possibles grâce a l’Internet of Everything. Selon l’étude, les économies potentielles pour les villes s’éleveraient a 1 400 milliards d’euros moyennant, entre autres, des immeubles intelligents, une gestion plus intelligente de l’énergie, des parkings intelligents, une gestion plus intelligente de l’eau et un systeme intelligent de péage routier.

« Barcelone et Nice se sont également lancées dans l’expérience de guichets virtuels qui ne dépareraient pas chez nous. Les citoyens peuvent y contacter a distance leur maison communale par vidéoconférence interposée et régler toutes les démarches administratives pour, par exemple, leur nouveau permis de conduire. Le citoyen peut signer des formulaires et les transmettre a l’expert via la caméra de capture de document. Compte tenu de notre couverture a large bande, cela ne devrait pas poser de problemes pour les communes belges », commente Pol Vanbiervliet, Directeur général Cisco Belgique et Luxemburg.

Pour les autorités régionales et fédérales, l’Internet of Everything représente un potentiel d’un peu plus de 2 000 milliards d’euros, surtout en matiere de défense (1 100 milliards). La justice, l’enseignement, la gestion de l’environnement, de la voirie et de la circulation ainsi que les soins de santé peuvent tirer parti de l’Internet of Everything.

Au début de l’année derniere, Cisco estimait que la valeur potentielle de l’Internet of Everything pour le secteur privé s’élevait a 10 600 milliards d’euros. Si l’on combine les économies possibles, l’on atteint un total de 14 000 milliards d’euros pour les entreprises et les autorités pour ces dix prochaines années. Vous pouvez consulter le rapport exhaustif consacré a l’impact de l’IoE sur le secteur public, le Forum aux questions, un infographique et les dix résultats les plus importants sur www.internetofeverything.com.

Vous pouvez télécharger ici une photo de Pol Vanbiervliet.


A propos de l’Internet of Everything – connecting the unconnected

L’Internet of Everything collectera et traitera des informations provenant de dizaines de milliards de sources. La majorité de cette information proviendra d’un nombre presque infini de capteurs, compteurs, interrupteurs et autres appareils ménagers, machines ou robots d’assemblage, automates, bâtiments, infrastructures et routes, appareils de soins de santé, systemes de transport, voitures, etc. Le reste de l’information vient des personnes. Pour le moment, nous envoyons principalement des données de localisation et de navigation via nos smartphones et tablettes, mais a l’avenir, nous transporterons peut-etre des capteurs sur notre corps ou dans nos vetements pour envoyer, entre autres, des informations médicales en mode sécurisé.

Selon est estimations, 50 milliards d’objets seront connectés a l’internet dans les cinq ans a venir. Aujourd’hui, pas moins de 14,4 milliards sont connectés, soit 1% du potentiel. Des lors que « tout » est connecté a l’internet, il est possible d’obtenir des informations toujours plus intéressantes afin d’augmenter le degré d’automatisation. A titre d’exemple, citons les décisions automatiques qui nous permettront de consommer moins d’énergie, les robots qui s’adaptent au fonctionnement de l’usine ou les systemes de transport dont le fonctionnement évolue selon l’intensité du trafic.

Si vous souhaitez consulter un Forum aux questions sur l’Internet of Everything, suivez ce lien.

A propos de Cisco – NASDAQ: CSCO

Cisco est le chef de file mondial en matiere de technologies réseau qui changent les contacts, les communications et la collaboration entre les gens. Pour tout complément d’information, veuillez visiter les sites www.cisco.com et www.cisco.be. Vous trouverez toute l’actualité, des informations contextuelles et des photos dans la Cisco Newsroom: http://newsroom.cisco.com.

Contact presse:

Check Twice
Rafaël Tirmarche
Marie Popelinkaai 3 bus 1, B-9050 Gand
T: +32 9 210 53 59
M: +32 476 68 94 92
E: rafael@checktwice.eu

Besoin d'aide?

  • Vous recherchez un partenaire Cisco